03 junho 2009

Je suis Français, pardonnez-moi !


Honte d’être Français. Deux faits récents, très éloignés l’un de l’autre, ne peuvent qu’indigner tous ceux qui se berceraient encore d’illusions quant à la mentalité collective des Français. Dimanche 31 mai, Rafael Nadal perd un match à Roland-Garros face à un public imbécile déchaîné, applaudissant à toutes ses fautes. Rafa est un grand sportif, sympathique, courtois et comme l’on dit familièrement en langage jeune, « bien dans sa tête ». Je ne peux qu’approuver les propos tenus sur des radios espagnoles par son oncle et entraîneur, Toni Nadal, dénonçant la bêtise et la jalousie du public français. Un autre événement, dramatique celui-là, vient ajouter à ma honte face à mes compatriotes. Un avion de ligne Air France s’est perdu en vol au-dessus de l’Atlantique, entre Brasilia et Paris. Plus de chance de retrouver des survivants parmi les 228 passagers et hommes d’équipage. Les médias du monde entier ont relaté l’événement et compati au sort des victimes et à la douleur des familles. La présentation de l’événement par la chaîne de télé France2, relayée à travers le monde par TV5Monde, ne peut que soulever mon indignation. Lors du journal de 20 heures du lundi 1er juin, le commentateur-vedette de la chaîne, David Pujadas, donne le bilan des victimes : 73 Français. Le lendemain, mardi 2 juin, il récidive : 73 disparus. Mais alors, il ne mentionne même plus qu’il ne s’agit que de Français. Les autres, oubliés, définitivement. Le chauvinisme des spectateurs, la considération de la douleur que de seuls Français, n’est-ce pas la forme de racisme la plus quotidienne et la plus insidieuse ? Qui ne souffre, elle, d’aucune réprobation. Un Français moyen n’en a même pas le moindre soupçon. Pour lui, c’est normal ! Cette France est définitivement aveugle au monde. Seule. S’il lui arrive malheur et que tous les autres s’en moquent, elle l’aura bien voulu.

Paul-Henri

1 comentário:

Nuno Castelo-Branco disse...

En effet, c'était une grosse betise , mais le monde ne s'a apperçu. N'importe quel robe de la Bruni recueille plus d'attention... Enfin, c'est ça, la republique.